Lifting, rhinoplastie et lipoaspiration : quels résultats espérer 10 ans après l’opération ?

9 juillet 2019


chir-article-cshp-626x364-600x349

Si la France se classe encore très loin des États-Unis ou du Brésil en nombre de chirurgies esthétiques effectuées chaque année, la quantité d’opérations de ce genre ne cesse de progresser d’année en année sur l’Hexagone. La modification de la poitrine reste le geste le plus courant mais d’autres actes chirurgicaux gagnent sans cesse du terrain : la lipoaspiration représente 6 % des opérations esthétiques effectuées en France, contre 5 % pour la correction du nez et 4 % pour le lifting (Source : Le progrès, juillet 2018). Effectuer une telle transformation de son physique requière un certain courage mais également un investissement physique, psychique et financier. Alors, le résultat est-il réellement à la hauteur ? Et surtout, comment évolue-t-il dans le temps ?

Le lifting pour rajeunir son visage

Avec l’âge, le visage se transforme. Des rides se creusent et la peau se relâche. Les tissus deviennent moins denses et moins rebondis… C’est ce que l’on appelle le vieillissement cutané. Si ce phénomène est totalement naturel, il n’en est pas moins désagréable. Le lifting permet donc de rajeunir tout ou une partie du visage. Mais l’effet bonne mine d’un lifting est-il durable ?

Le lifting, un acte rajeunissant qui ne stoppe pas le vieillissement

Au moment de l’opération, le lifting permet de gagner 5 à 10 ans. En revanche, il ne stoppe pas le mécanisme naturel de vieillissement de la peau. Il retarde le relâchement cutané mais ne l’arrête pas définitivement. En fonction de la morphologie, du mode de vie de chacun et des prédispositions génétiques, la transformation de la peau reprend son cours et le visage finit tout de même par vieillir.

Un lifting, une opération qui se renouvelle

Pour préserver l’effet bonne mine du lifting le plus longtemps possible, il est nécessaire d’appliquer des soins hydratants et nourrissants sur sa peau au quotidien, et dont les formules contiennent du collagène et de l’acide hyaluronique. Cela retarde les effets naturels du vieillissement cutané. Néanmoins, un rapport, publié par l’association américaine de chirurgie esthétique en 2013, préconise d’effectuer un lifting tous les 10 ans si l’on veut en conserver les bienfaits. Cela permet de prolonger l’effet tenseur de l’opération, tout en corrigeant les petites imperfections du lifting initial. Dans ce cas, le second lifting est moins complet et radical que l’opération initiale. Il est une sorte de « retouche » qui en prolonge la durée.

La lipoaspiration pour affiner la silhouette

La lipoaspiration est une autre opération très pratiquée en France. Il s’agit d’une solution très efficace pour se débarrasser des amas de graisse profondément installés sous la surface cutanée. Mais, si la lipoaspiration permet de retrouver une jolie silhouette plus harmonieuse, son effet est-il durable ?

La lipoaspiration n’empêche pas de reprendre du poids

La lipoaspiration déloge la graisse installée en profondeur et permet de rendre la silhouette plus harmonieuse. Elle permet, par exemple, d’effacer une culotte de cheval très prononcée. Mais ce résultat dure-t-il après 10 ans ? Et bien, pas totalement… La lipoaspiration, même si elle est très efficace, ne remplace pas un régime et n’empêche pas la prise de poids. Pour en préserver le bénéfice, il est indispensable de surveiller son alimentation et d’effectuer une activité sportive régulière. Cependant, après une lipoaspiration, si le patient opéré reprend du poids, sachez qu’il ne le reprend pas de la même façon qu’avant. La graisse a tendance à être mieux répartie sur l’ensemble du corps et ne vient plus se loger en profondeur sur une zone bien précise.

Non, la lipoaspiration ne fait pas disparaître la cellulite

Par ailleurs, une lipoaspiration n’empêche en rien la cellulite de réapparaître après plusieurs années. En effet, l’intervention sert à retirer la graisse profonde. Or, la peau d’orange est le résultat d’un amas graisseux superficiel. La lipoaspiration n’a donc que peu d’effet sur la cellulite. Qui plus est, les bénéfices éventuellement obtenus sur ce point au moment de l’intervention ne sont pas durables. Pour cette problématique, il faut opter pour des techniques dédiées à l’anti-cellulite comme Cellfina. Peu invasive, elle  apporte des résultats spectaculaires sur 2 ans.

La rhinoplastie pour corriger la forme de son nez

Enfin, la rhinoplastie est une opération du nez qui permet d’en modifier la forme ou la taille. Si elle peut être purement esthétique, cette chirurgie peut également être nécessaire pour des raisons fonctionnelles. Certaines personnes sont opérées d’une rhinoplastie pour améliorer leur système respiratoire et réduire leur encombrement nasal.

La rhinoplastie, une chirurgie qui vieillit très bien

De manière générale, lorsqu’un nez a été correctement opéré, il vieillit très bien et ne laisse apparaître aucune difformité. Néanmoins, avec l’âge, la peau a tendance à s’affiner. Ce phénomène naturel peut alors laisser apparaître quelques petites irrégularités. De même, lorsque le nez vient d’être opéré, un œdème se forme et cette partie du visage reste gonflée quelques semaines. Il faut alors patienter pour voir apparaître le réel résultat obtenu. C’est à cet instant que de petits défauts peuvent survenir.

Des méthodes simples pour corriger une rhinoplastie

Dans les cas précédemment cités, sachez qu’une nouvelle opération n’est généralement pas nécessaire. De simples injections à l’acide hyaluronique peuvent suffire à en corriger les défauts durablement. Néanmoins, comme l’acide hyaluronique est absorbé par l’organisme, ces injections doivent alors être réitérées annuellement. Généralement très efficace, la rhinoplastie reste un excellent moyen pour embellir un visage et redonner confiance en soi aux patients opérés.

 

En d’autres termes, le bénéfice d’une chirurgie esthétique après 10 ans est très variable d’une personne à une autre, mais surtout d’une opération à une autre. De nos jours, quelques retouches sont souvent nécessaires pour faire perdurer le résultat obtenu le plus longtemps possible. Néanmoins, notons que les techniques de chirurgie micro-invasives évoluent en permanence et que les actes pratiqués sont de moins en moins lourds. L’essentiel réside simplement dans le fait de bien avertir le patient des suites de son opération, à court et à long terme.