Du tatouage ou détatouage : la réversibilité efficace avec le laser

27 juin 2019




Le tatouage est une modification permanente de la peau par injection, entre le derme et l’épiderme, d’encres ou de pigments dont la taille ne permet pas l’élimination par les macrophages de l’organisme.

Le tatouage est en principe permanent

Le tatouage comporte un caractère d’irréversibilité et de permanence qui implique qu’il est difficile de revenir à un état antérieur. Longtemps, le tatouage a été un curseur social ou sociologique. Sauf en cas de tatouage « coup de cœur » ou « coup de tête », Il était peu courant de chercher à l’effacer et en tous cas, on savait que la tentative de détatouage était souvent très douloureuse, très inefficace et parfois même dangereuse.

 

Depuis plusieurs années, le tatouage est aussi devenu un effet de mode. Les motifs de tatouage suivent cet effet de mode et peuvent parfois lasser, gêner, encombrer, se démoder. Il est devenu plus courant que les personnes tatouées cherchent à faire disparaître leur tatouage. Cette recherche s’accompagne d’une demande de résultat sans trace, la réversibilité de ce qui est par définition permanent.

 

Pour faire disparaître un tatouage, il faut simplement briser les molécules d’encre de façon à permettre leur élimination naturelle par l’organisme.

 

Facile à dire, difficile à faire.

 

Les solutions alternatives consistant à extraire les pigments par une action mécanique et chirurgicale laissent des traces, des cicatrices, sont douloureuses et ne donnent pas de résultats satisfaisants. Les tissus cicatriciels suivent le tatouage par effet de relief sur la peau, rendent la peau fragile et exposent à des complications liées à d’éventuelles infections.

 

Une autre solution consiste à recouvrir le tatouage existant par un autre tatouage. Il ne s’agit pas de faire disparaître l’existant, mais de créer une nouvelle strate d’encres et par conséquent de rendre le problème plus profond, plus difficile à traiter. Le nouveau motif est conditionné par le précédent, ce qui limite les choix et rend impossible tout retour en arrière.

 

La dermabrasion, le peeling chimique et la cryochirurgie sont des alternatives envisageables. Elles consistent à extraire le tatouage en allant le chercher sous le derme. Les risques de cicatrices sont réels. Selon la profondeur du tatouage, les séquelles seront plus ou moins lourdes esthétiquement, mais il n’en restera pas moins une trace cicatricielle permanente.

 

La solution reconnue comme étant la plus efficace :  le détatouage laser.

Il s’agit de reprendre le processus de tatouage et de l’inverser. Il s’agit d’atteindre les encres et les pigments bloqués sous la peau, de les pulvériser par un effet thermique et mécanique afin de les rendre ingérables par les macrophages de l’organisme, les purificateurs du corps humain.

 

Il s’agit d’initier, grâce au laser, le processus naturel d’élimination des encres et pigments.

 

Le laser projette une lumière puissante pulsée en haute fréquence qui fragmente les particules d’encre pour les rendre assimilables par l’organisme. Pas d’intervention invasive, pas de pénétration dans l’organisme, simplement un effet thermomécanique qui rend possible l’élimination naturelle des encres.

 

Il existe plusieurs types de laser qui produisent différentes longueurs d’onde. En fonction de ces longueurs d’onde, les pigments utilisés communément et notamment les encres de couleur, les plus difficiles à traiter sont atteints, fragmentés et sont éliminés par le travail des macrophages qui protègent l’organisme.

 

Par son effet d’onde de choc, le laser atteint le pigment et le brise en particules assimilables par l’organisme. L’élimination naturelle de ces particules se fait progressivement et définitivement, sans atteinte significative à l’intégrité de la peau.

 

Cette technique est opérée par des spécialistes en milieu contrôlé et est assimilée à un acte médical.

 

Cette technique a des conséquences en termes de sécurité et de préparation, de précautions et d’accompagnement avant, pendant et après le détatouage.

 

En premier lieu, il faut évaluer les besoins, expertiser le tatouage et examiner la procédure la mieux adaptée.

 

Ainsi, lors d’une première rencontre, les spécialistes vérifient la nature des encres utilisées, la profondeur des injections, l’état et la nature de la peau, les antécédents médicaux.

 

L’évaluation du temps nécessaire à l’intervention sera fonction des éléments recueillis.

 

Le détatouage comporte des variables telles qu’il ne peut être question de procéder autrement qu’en fonction du patient. Sa préparation, son information et sa détermination s’inscrivent dans un temps incompatible avec la précipitation. Si l’on peut se tatouer sur un coup de tête ou un coup de cœur, le détatouage est une opération qui nécessite une approche prudente et professionnelle.

 

En second lieu, le praticien et le patient s’accordent sur les moyens requis pour opérer le détatouage, le nombre de séances, le type de laser employé et les précautions à prendre entre les séances et après le détatouage. Le détatouage par recours au laser PicoSure n’étant pas absolument indolore, une anesthésie superficielle de la zone traitée peut s’avérer nécessaire. La peau doit être protégée, ne pas être exposée au soleil, hydratée, dans le cadre d’un suivi post-opératoire sérieux.

 

Même si les opérations de détatouage ne présentent pas de risque particulier, la technologie laser PicoSure étant non invasive, encadrée et médicalisée, les précautions opératoires sont importantes. Cela reste une intervention sur l’organisme vivant qu’est la peau. Par conséquent un encadrement par des médecins est impératif. Un suivi pré et post opératoire est indispensable.

 

Le détatouage laser PicoSure est la meilleure technique proposée, reconnue et pratiquée en milieu médicalisé avec les garanties apportées par des professionnels exerçant dans des structures équipées des moyens de pointe issus de la technologie la plus récente.

 

Cliquez ici pour plus d’information sur le détatouage !